La mise en bouteille, un choc pour le vin

L'embouteillage est une opération traumatisante pour le vin qui n'est plus dans son état normal. Explications

Bouteilles de vin

Le vin subit un choc provisoire

Souvent après la mise en bouteille, le vin ne se goûte pas bien. On entend souvent le vigneron lors de la dégustation dire « Méfiez-vous, le vin vient juste d’être mis en bouteille » ce qui signifie qu’il n’est pas dans son état normal. C’est plus particulièrement le cas des grands vins rouges, ceux qu’on appelle les vins de garde et qui ont été élevés plusieurs mois ou plusieurs années en fût.

Effectivement, lors de la mise en bouteille, le vin subit un choc provisoire qui peut être traumatisant. Pendant quelques semaines à quelques mois, on perd en équilibre et en harmonie. Au nez et en bouche, l’amateur détecte un manque de définition et de netteté du vin avec cette caractéristique du goût de « papier mâché ». Ce manque d’harmonie fait que l’on perçoit davantage l’acidité d’une part et la sucrosité du vin de l’autre, tandis que les tannins sont plus marqués, voire même plus agressifs. Cette « indisposition » du vin reste heureusement passagère et le vin a besoin de plusieurs semaines ou plusieurs mois de repos complet avant de retrouver toutes ses qualités.

Cependant ce ne sont pas tous les vins qui se goûtent mal, c’est le cas des vins légers, vifs et aromatiques, qu’ils soient rouges ou blancs. Les vins rouges primeurs tel le beaujolais nouveau sont des vins qui supportent mieux la mise en bouteille et qui ont vocation à être dégustés juste après la mise. Celle-ci se fait dès le mois de janvier pour les vins rosés ou les vins à boire rapidement. Toutefois, si la mise en bouteille est mal menée, des apports excessifs d’oxygène peuvent entraîner une oxydation prématurée du vin et son altération. La mise en bouteille est donc une opération très délicate.

Toutes les appellations vin

Toutes les appellations vin

Retrouvez les régions viticoles de France

Embouteille vin

Une opération très délicate

Généralement les vignerons peuvent posséder leur propre machine de mise en bouteille mais nombreux domaines font appel à des sociétés d’embouteillage pour qu’elles interviennent en prestation avec le service de leur matériel. Généralement, le vigneron choisit de réaliser l’opération les jours anticycloniques car mettre en bouteille un jour de forte dépression fait que le vin dégaze et perd ses arômes. 

Souvent les vignerons font plusieurs mises en bouteille d’une même cuvée et voici les étapes que peut accomplir la machine et qu’il supervise :

- Après avoir été rincées à l’eau stérile, les bouteilles arrivent alignées sur la ligne d’embouteillage.

- Elles sont ensuite remplie avec de l’azote qui est un gaz neutre afin de chasser l’air et de protéger le vin contre l’oxygène qui pourrait entraîner son oxydation et donc son altération.

- Le vin arrive alors par le haut de la tireuse et s’écoule simultanément par gravité dans les bouteilles via les multiples becs de la machine. Ces derniers assurent un remplissage avec un niveau constant de vin dans les bouteilles. Ce vin est préalablement préparé (stabilisé, clarifié au froid, filtré et sulfité).

- Les bouteilles repartent en ligne et ne pourront être commercialisées qu’après deux mois au minimum pour permettre au vin de se remettre de ce traumatisme et de recouvrer toutes ses qualités gustatives.

 

Un autre lien peut vous intéresser :